[Temps de lecture: 6 mn]

 

Le journal personnel, c’est ce carnet sur lequel nous écrivons nos émotions, nos sensations ou encore ce que nous avons vécu dans la journée. Il nous permet de prendre du recul, de voir les choses sous un nouvel angle, à tête reposée. Il nous aide à devenir de meilleurs humains et ça nous fait du bien!

Voici quelques pistes pour tenir sur la durée, ou pourquoi pas, commencer le vôtre.

 

1. Comment tenir un journal personnel ?

Il n’y a pas de règles car il s’agit de votre espace de liberté mais, si vous ne savez pas trop comment vous y prendre, voici une suggestion de questions auxquelles vous pourriez répondre:

  • Quel objectif me suis-je fixé ce matin ? Vous pouvez ainsi commencer votre journal par : « Ce matin, je me suis engagé à… »
  • Quelle personne, quel livre, quelle formation… m’a aidé pour être heureux ?
  • Que s’est-il produit de bien, de génial aujourd’hui pour que je sois si heureux ?
  • Qu’ai-je appris aujourd’hui, et que je peux retenir pour plus tard ?
  • Qu’est-ce que j’ai découvert d’original et que je pourrais dire à mon autremoi d’il y a 5 ans ou dans 5 ans ?

Ces questions, et les réponses que vous écrirez dans votre journal personnel permettent, de mettre l’accent sur le côté positif des choses, afin de vous habituer àvadopter une attitude plus positive au quotidien.

Journal personnel Louise Carmen

 

2. Tenir un journal personnel, c’est bon pour nous

D’abord, nous retenons mieux les informations en les écrivant.

Ecrire ses émotions réduire le stress et à améliorer notre moral.

Au fur et à mesure de votre écriture, votre état émotionnel change et vous pouvez parfois constater un vrai apaisement.

Cela nous permet d’augmenter notre capacité à écrire et échanger avec les autres. A l’époque de la fast pensée, des SMS, des réseaux sociaux et de la TV, cela fait du bien à notre esprit d’écrire, de prendre le temps d’approfondir notre pensée.

Juste un conseil, n’attendez pas que tout soit clair ! Ecrivez, laissez filer votre pensée, pratiquez le lâcher-prise : cela fait un bien fou, vous verrez.

 

3. Quelques idées 

  • Notez les situations désagréables que vous avez vécues. Il est important de donner du sens aux événements qui nous touchent. L’écriture nous oblige à organiser notre pensée.  Toutes les émotions qui sont couchées sur le papier s’amoindrissent instantanément, notamment les pensées négatives, jusqu’à paraitre souvent bien futiles.
  • Notez les événements positifs, joyeux, plaisants de votre journée. Les écrire et se les raconter permettent de mieux les savourer, d’y revenir ensuite et d’éprouver le même bonheur, de ressentir la joie et le plaisir comme lorsque nous les avons vécus.
  • Notez vos émotions au lieu de « ruminer ». Quand vous commencez à vous dire : « il m’a dit…, et je lui ai dit…, mais pourquoi il n’a pas voulu m’écouter… » ! Ecrivez. Vous pouvez même écrire une lettre à cette personne, sans la lui envoyer mais, au moins, vous aurez expulsé ces émotions négatives qui empoisonnent votre esprit.

 

4. Quand  écrire ?

Quand vous le voulez, vous le pouvez, vous le souhaitez.

Vous pouvez écrire tous les matins dans les transports en commun, le soir dans votre lit, ou le dimanche matin calé sur votre canapé, une fois par an ou par mois. Mais sachez que plus vous écrirez, mieux ce sera pour vous et plus vous documenterez l’histoire de votre vie.

Vous pouvez également dessiner ou ajouter des photos pour imager ce que vous avez vécu.

 

Pour aller plus loin

Relire son journal, c’est mieux que regarder la meilleure des séries sur Netflix

Tenez-vous un journal depuis longtemps ? Avez-vous eu la chance de pouvoir le relire ? Ne trouvez-vous pas que c’est extrêmement intéressant de réaliser que des choses insignifiantes avaient pu mobiliser tellement de notre énergie…finalement pour rien ? De relire tel ou tel moment de bonheur ou de pister les moments où l’on a fait des choix qui paraissaient anodins mais qui nous ont amenés là où nous sommes aujourd’hui ?

J’ai un journal sur lequel j’écris depuis une vingtaine d’années. Je ne suis pas très assidue pour tenir mon journal et je le regrette. Mais, dernièrement, j’ai commencé à le lire. C’est une véritable chance de pouvoir faire cela. J’ignorais que je me faisais un cadeau si précieux en remplissant ces pages. Redécouvrir quels étaient mes rêves, voir ceux que j’ai réalisé, mais aussi ceux que j’ai oublié, pour peut-être les réactiver. Qui sait ?

Ces derniers temps, mon journal a plus pris la forme de rdv avec moi-même, journal de gratitude de daily moodboards (mon carnet de dessins). Mais j’ai pris une décision.

Intérieur d’un journal personnel remplis de dessins personnel Louise Carmen

Mon tout nouveau journal

Aujourd’hui, en écrivant cet article, je pense à mon futur moi… dans 20 ans. Je crois qu’un jour je serais très touchée de relire les pages du journal qui raconteront mon aventure avec Louise Carmen. De redécouvrir les émotions qui m’ont traversées, les épreuves, les moments de bonheur, mon état d’esprit, des anecdotes…

Alors hier soir, j’ai choisi un carnet de projets. Il est vert métal, parce que cette couleur m’inspire. Je le réserve pour mes écrits ou dessins du quotidien.

J’ai choisi le carnet de projets car il a 3 emplacements dans lesquels je peux glisser mes 3 carnets et les recharger au fur et à mesure que je les termine :

  • mon carnet daily moodboard
  • le nouveau journal personnel que j’ai commencé hier soir
  • mon carnet de RDV avec moi-même

Un carnet de projets, qui associe trois journaux personnels en un seul carnet

Le journal de Samuel Pepys

Avez-vous entendu parler de Samuel Pepys ? C’était un fonctionnaire londonien qui, tout à coup, le 1er janvier 1660, se lança dans l’écriture de son journal. Il y notait chaque jour tout ce qu’il avait fait dans sa journée, sans aucune retenue, en se disant que personne ne le lirait jamais.

Pepys y relate notamment les grands événements dont il a été le témoin au cours des années 1660, comme l’épidémie de peste de Londres (1665-1666), la deuxième guerre anglo-néerlandaise (1665-1667) et le grand incendie de Londres (1666). Il y décrit aussi très méticuleusement ses sorties au théâtre, la mode, la nourriture et les boissons de l’époque, ce qui fournit une documentation de première main sur la société anglaise des années 1660 et constitue un formidable outil pour les historiens (source Wikipédia).

Samuel Pepys était loin de se douter que, 400 ans plus tard, ses pages seraient publiées sur un site internet et lisibles chaque jour par des gens du monde entier (Samuel Pepys diary).

Un journal personnel pour comprendre l’histoire de sa famille

Mon grand-père, qui était un taiseux, ne dormait pas la nuit. Personne dans la famille ne savait ce qu’il faisait dans sa chambre, à fumer cigarettes sur cigarettes. A la mort de ma grand mère, qui est partie après lui, nous avons découvert des pages et des pages d’écritures sur lesquelles il racontait sa vie.

Il y raconte notamment comment (et sans trop savoir pourquoi) il s’est retrouvé dans un camp, plutôt que dans l’autre, au moment de la guerre civile espagnole, alors qu’il n’était âgé que de 17 ans et qu’il ne comprenait rien à ce qui se passait depuis le fin fond de son petit village de Cantabrie !

Ce journal nous a beaucoup touchés, nous ses enfants et petits enfants. Nous avons pu découvrir des facettes de cet homme totalement insoupçonnées et mieux comprendre l’histoire de notre famille.

I have a dream …

Je rêve de pouvoir créer, un jour, un fond recueillant les carnets de personnes du monde entier. Peu importe qu’ils soient constitués d’écrits ou de dessins. Ce serait un formidable témoignage de notre époque et de la richesse personnelle que chaque individu apporte à notre monde.

Ce projet est encore flou dans mon esprit, j’imagine qu’il faudra du temps, de l’argent, des compétences et de la ténacité pour y parvenir, mais vous le savez, tout part d’un rêve.

 

Un carnet de projets, qui associe trois journaux personnels en un seul carnet

 

J’espère que cet article vous aura donné envie d’écrire votre propre journal quotidien. D’ailleurs, écrivez-vous un journal ? Dites-nous pourquoi et ce qu’il vous apporte ! N’hésitez pas à laisser votre témoignage dans les commentaires.

Avant de finir, j’avais envie de partager avec vous ma playlist de la semaine. C’est la musique que j’écoute en ce moment pour m’isoler, quand je prends le métro, que je marche dans Paris ou que je travaille sur la nouvelle collection. Vous reconnaitrez la musique de la vidéo de la semaine dernière sur New York !

 

A très très bientôt,

Nathalie V.

Créatrice de Louise Carmen

Des infos en plus

Partager l'article