Bangkok autrement

 

[ Temps de lecture de l’article 5 mn ] [ Durée de la vidéo 5:24 ]

Bangkok est une ville chaotique, difficile à  appréhender. Une fois que vous avez vu les temples, le palais Royal, vous vous retrouvez en général dans des galeries marchandes, à faire du shopping. J’ai toujours eu le sentiment de passer à côté. Cette fois-ci, nous nous sommes demandés avant de partir:

 

“Qui autour de nous pourrait nous conseiller pour découvrir Bangkok autrement?”

 

Nous avons alors pensé à l’agence de voyages Voyageurs du monde.

Si vous passez par Paris, allez rue Sainte Anne. C’est dans une petite rue du 2eme arrondissement. En face de l’agence il y a un lieu enchanteurLa librairie voyageurs du monde” où j’aime venir flâner. Elle regorge de livres de récits de voyages que j’affectionne tout particulièrement ainsi que de guides touristiques, de livres d’art et … vous y trouverez également les carnets Louise Carmen!

Je vais régulièrement à leur agence de voyage voir des expositions photos, prendre leur revue “vacance” et pour découvrir leurs catalogues. Non seulement ils sont magnifiques d’un point de vue esthétique, mais en plus ils ne ressemblent à aucun autre.  J’aime m’installer dans mon salon et les lire, comme des livres de voyages. Je vous recommande également leur podcast “radio voyageurs” que j’écoute religieusement chaque mois.

Bref, vous l’aurez compris, je suis fan de la philosophie de voyageurs du monde.

Juste avant de partir à Bangkok, nous avons demandé à Lisa, avec qui nous sommes en contact chez Voyageurs du monde, comment pourrions-nous découvrir Bangkok autrement. C’est là que nous avons découvert leur concept “Like a friend”.

 

Like a friend

Lorsque nous partons en voyage nous avons pour habitude de nous dire “nous partons à la rencontre de futurs amis que nous ne connaissons pas encore“.

Like a friend c’est  l’ami que l’on rêverait d’avoir aux quatre coins du monde. Un habitant qui connaît les lieux comme sa poche. Il propose aux voyageurs qui le souhaitent une balade informelle, selon leurs goûts.

Alors, le concept Like friend, avait tout pour nous séduire.

 

Une journée sur mesure

Notre friend voyageur du monde s’appelait Anna. Elle nous attendait, ponctuelle, dans le hall de notre hôtel. Anna vit à Bangkok depuis une douzaine d’années. Sa passion pour la photographie l’a amenée à découvrir la ville au plus près de la population, loin des lieux touristiques, avec un autre regard.

Sandrine qui est conseiller spéciale Asie du Sud Est chez voyageurs du monde lui avait transmis les informations dont elle avait besoin sur nous, ainsi que les adresses de notre blog mon Louise Carmen et de notre blog de voyage d’un an en Asie,  365 days in paradise.

Elle avait bien étudié notre profil: couple de grands voyageurs, excellente connaissance de l’Asie, de nombreux séjours à Bangkok.

Nous avons passé une demi heure à discuter. Anna se demandait ce qu’elle allait bien pouvoir faire découvrir à des voyageurs, qui ont l’habitude de découvrir tout seuls un pays,  pas très fixés sur ce qu’ils veulent voir. “Découvrir Bangkok autrement“, c’est court comme info, non?

 

Découvrir des savoir faire

Alors elle nous a questionné, pour bien cerner nos passions et nos envies.

Un axe fort qui nous anime au travers de la création de la marque Louise Carmen c’est de participer au maintien des savoir faire en France et dans le reste du monde.

Nous sommes assez rapidement tombés d’accord sur “visiter des ateliers”.

 

Le légendaire Jim Thompson 

A notre arrivée en Thaïlande, 15  jours avant, nous avions visité la Maison de Jim Thompson. Un petit havre de paix, rempli de touristes, au coeur de la capitale.

Elle a été construite dans les années 1950 par Jim Thompson qui était à la fois homme d’affaires, ex-agent de l’OSS et aventurier américain. Il avait pour ambition de relancer l’industrie de la soie thaïlandaise, alors en déclin. Jim Thompson a mystérieusement disparu à 61 ans en 1967 dans la jungle des Cameron Highlands en Malaisie, ce qui a renforcé sa légende.

Lorsque vous visitez la maison de Jim Thompson, vous êtes obligatoirement accompagné en petits groupes par un guide qui parle votre langue. Elle vous raconte que Jim Thompson aimait s’asseoir dans son salon et écouter les bruits des ateliers de soieries qui se trouvaient de l’autre côté du khlong (canal) qui longe sa maison, j’ai dit “je veux visiter les ateliers!“.

 

Les ateliers de soierie: un voyage dans le temps

Alors, lorsqu’Anna nous a proposé de visiter 2 de ses ateliers, j’ai dit Yes!

Nous avons pris deux bateau-bus qui naviguent à grande vitesse sur le khlong. Ce sont des bateaux utilisés par les thaïs parce que tout est écrit en Thaï. Nous étions les seuls touristes.

Entrer dans le premier atelier est un voyage dans le temps. Tout est figé. Des multitudes d’objets, de revues sont posés en tas un peu partout. Je pense que si vous y veniez dans 20 ans, vous trouveriez les mêmes choses posées au même endroit que lors de mon passage.

Lorsque vous prenez la première porte qui se trouve à votre gauche, vous vous retrouvez dans une bicoque en bois en partie à ciel ouvert, faites de bric et de broc. Elle abrite l’atelier de teinture. Un énorme bac en fer est rempli de liquide rouge. Une plante serpente le long d’une poutre, et des choses partout. Des louches, des sacs en plastique, des tuyaux, des seaux. Il y règne une atmosphère de chaos et une âme due aux années d’existence.

Dans la partie dure réalisée briques se trouve le salon, qui est aussi l’atelier de filature. Il fait sombre. Un vieux monsieur travaille, à son rythme. Il continue son activité comme si nous n’étions pas là. Il est entrain de faire des bobines de fils sur une vieille machine breloquante. Puis, il y a les étagères sur lesquelles reposent des étoffes de soie magnifiques, protégées de la poussière par des vitres. Comme des trésors. Ce Monsieur lorsqu’il était enfant travaillait pour Jim Thompson.

Moi qui m’attendais à un atelier avec des machines bien alignées et plein de gens qui s’affairent! Même si un panneau indique l’endroit au bord du Khlong, j’ai bien conscience de voir quelque chose d’exceptionnel que nous aurions eu du mal à trouver seuls.

Nous entrons dans l’atelier voisin. Une thailandaise travaille imperturbable, comme un métronome, sur son métier à tisser chargé de fils de soie de couleur lavande. Je suis tout de suite attirée par des piles de bobines de fils aux superbes couleurs. Je fais comprendre à une jeune fille que j’aimerais en acheter. Elle nous dit en Thaï, “C’est 100 bahts  les 3 bobines” soit 0,86 cts d’euros la bobine de soie. C’est exactement ce que je recherchais. Dans ce genre d’endroits, personne ne vous met la pression pour que vous achetiez. Ils ne vivent pas du tourisme.

 

Une journée trépidente

Il est 10h30 du matin et il fait déjà très très chaud.

Le long du khlong nous achetons des bouteilles d’eau fraîche. Nous partons en  bateau pour la golden mountain.

Si je me lance dans le détail de tout ce que nous avons vu, ressenti et découvert tout au long de cette journée, cet article ressemblerait plus à un livre qu’à un rapide témoignage.

Alors, oui, j’ai très envie de vous décrire la montée des marches pour atteindre la stupa recouverte de millions de minuscules carreaux dorés, de vous raconter l’arbre à voeux, de parler du village au coeur de Bangkok où sont fabriqués les bols d’aumône des moines Thaïlandais, de Mowaan, la vieille pharmacie de médecine traditionnelle Thaï où ils fabriquent leurs elixirs à base d’herbes et de plantes depuis 1870 et de la vieille dame assise dans son fauteuil qui a 95 ans lit sans ses lunettes grâce à l’elixir de la maison qui aurait des pouvoirs rajeunissant (ça fonctionne dans tous les pays les amis et j’en ai acheté un flacon bien sûr!).

Alors, j’ai filmé, filmé, filmé avec mon Iphone pour pouvoir partager avec vous toutes ces belles choses. (voir la vidéo)

 

Jay Faï – la street food étoilée

Parmi les choses fantastiques dont regorge la Thaïlande il y a la street food. Et la street food a une reine: Jay Faï.

En 2018, elle a reçu une étoile au guide Michelin. Elle cuisine dans la rue, au wok, lunettes de ski sur le nez pour se protéger les yeux.

En bon sceptiques, nous nous sommes demandés mais pourquoi cet endroit peu accueillant aux chaises en plastique avait bien pu recevoir une étoile au guide Michelin?

Une partie de la réponse se trouve dans sa généreuse omelette au crabe. Un délice.

Elle ne cuisine que des ingrédients naturels. Il y a deux cartes: une avec ses plats signatures dont la fameuse omelette, l’autre à des prix plus en adéquation avec le pays.

Si vous voulez y aller, il va falloir vous armer de patience. Il y a du monde, beaucoup de monde. Je vous indique à la fin de cet article le numéro de téléphone (il est aussi dans la vidéo) pour réserver. Essayez, peut-être que ça vous permettra de moins attendre. Pour vous donner une idée, elle devait commencer le service à 13h. Nous sommes arrivés un peu avant pour nous inscrire sur sa liste d’attente. Cela m’a permis de faire un selfie avec elle. Puis elle a disparu jusqu’à 15h30. Patience… La voir cuisiner est un spectacle, normal, c’est désormais une star. Elle apparait dans beaucoup d’émissions de télé et dans des guides touristiques. Elle a plus de 70 ans, alors, voilà, j’ignore pendant combien de temps elle va pouvoir tenir le rythme!

 

Himapan gallery, un lieu inspirant

Ca vous intéresse de rencontrer Catherine? Elle peint sur feuilles de lotus.

Alors quand on me dit peinture + feuilles de Lotus dans la même phrase je dis “carrément OUI!”.

Nous sommes partis pour le quartier de Sukumvit. L’endroit branché de la ville. Catherine est une française qui vit hors de France depuis de nombreuses années. Elle a mis un an à mettre au point une formule qui permet de conserver les feuilles de lotus sans qu’elles ne se dégradent. Puis elle a eu l’idée de les peindre et de vendre ses toiles. Elles sont superbes.

Elle  propose aussi des ateliers pour partager sa passion avec des expatriés de toutes les nationalités et pour quelques touristes de passage qui connaissent son existence. Si vous participez à un de ses ateliers, elle a tout prévu pour que vous repartiez avec votre oeuvre.

Elle propose également des kits avec des tubes de peinture à huile, du vernis, des pinceaux, des éponges et des feuilles de lotus déjà posées sur des panneaux de bois pour pouvoir le faire chez soi.

La galerie Himapan se répartie sur 3 étages.

Au rez de chaussée il y a de sublimes meubles chinois qu’elle chine en Chine (eh oui!) et qu’elle restaure avec son mari. Puis il y a l’étage avec les ateliers, leurs bureaux et la clim’. Oui, il fait chaud à Bangkok et la clim’, c’est cool!

Regardez la vidéo, vous verrez comme c’est beau.

 

Les kits Himapan

Par chance Catherine a accepté mes euros parce que je mourrais d’envie de repartir avec mon kit.

Elle me l’a emballé dans un carton parfait pour prendre l’avion. J’ai 4 petit tableaux dont deux avec des feuilles d’or, des tubes de peinture à l’huile de toutes les couleurs, des éponges, des pinceaux. Catherine a pris le temps de m’expliquer comment faire. Comment passer la peinture, faire ressortir les veines des feuilles de Lotus, comment oxyder les feuilles recouvertes d’or pour donner un effet cool que j’adore et comment enlever la peinture si le choix de couleur que j’ai fait ne me plait pas. Je vous le dis encore, regardez la vidéo!

 

Une façon intelligente de voyager

Jusqu’à notre rencontre avec Anna, nous n’aimions pas les visites guidées. En général les guides vous déroulent leur programme, récitent leur texte avec les mêmes petites anecdotes. A chaque fois que nous avons tenté l’expérience nous nous sommes dit “plus jamais”!

Mais Anna n’est pas un guide. Anna est votre amie qui s’adapte à ce que vous voulez. Sa valeur n’est pas dans sa capacité à vous réciter l’histoire d’un monument mais dans le partage de ce qu’elle connait de la ville qu’elle habite.

Nous avons quitté Himapan Gallery il faisait nuit à Bangkok.

 

Bangkok autrement en vidéo

Nous avons dû quitté Anna, qui est désormais une friend  pour nous. Merci Anna pour ce très beau souvenir. A bientôt à Bangkok ou à Paris.

Découvrez Anna et notre incroyable journée dans la vidéo. Vous verrez, Anna a un charmant petit accent, elle est d’origine polonaise mais parle un français parfait!

La vidéo Bangkok autrement [ durée 5:24 ]

Suivez vos rêves les amis, chérissez-les et donnez leurs vie, même si parfois, c’est difficile. Le temps passe vite et après, il ne reste que les regrets :).

N’hésitez-pas à partager cet article, à l’enrichir de vos expériences personnelles à Bangkok ou ailleurs, à me donner votre sentiment ou à me demander plus d’informations!

A très bientôt,

Nathalie Valmary
créatrice de Louise Carmen Paris

 

Les adresses

  • L’agence voyageurs du monde 55 rue sainte-anne 75002 Paris
  • Les cités des voyageurs dans le monde – Voyageurs du monde – le site
  • Les ateliers de soieries North bank of the San Saeb canal à côté  Jim Thompson’s House, Bangkok
  • La golden mountain – Khwaeng Ban Bat, Khet Pom Prap Sattru Phai, Krung Thep Maha Nakhon 10100, Thaïlande
  • Mowaan, la pharmacie de médecine traditionnelle Thaï – 9 Soi Thesa Bamroongmuang Road, Phranakorn District, Bangkok – le site
  • le village de bols de moines Ban Bat community monk’s bowl village – Soi Ban Bat – Bangkok
  • Jay Faï, la street food étoilée 327 Maha Chai Rd, Khwaeng Samran Rat, Khet Phra Nakhon, 10200, Thaïlande – réservations +66 92 724 9633
  • Himapan gallery 35/14 Sukhumvit 31, Soi Sawatdi, Bangkok 10110 – le site 

 

Crédit photos: @annaryszkobkk

 

 

Partager l'article
By | 2018-07-01T21:00:42+00:00 |coups de coeur, inspiration, Voyages|0 Comments

Leave A Comment