ISABELLE, SCÉNARISTE, PRODUCTRICE #1

Bonjour à tous!

Voici le premier article de ce blog, j’ai beaucoup hésité, pas mal réfléchi et je me suis dit que ce serait bien de commencer par l’interview d’une utilisatrice de carnets Louise Carmen Paris. Je souhaite que ce blog soit un espace de partage, d’échange et  d’inspirations.

Je vous ai retranscrit par écrit le podcast de la très sympathique interview d’Isabelle qui est scénariste et productrice. Elle partage avec nous ses astuces et sa façon d’utiliser son Louise Carmen. La première fois que j’ai rencontré Isabelle, je venais tout juste d’arriver à Paris, la marque Louise Carmen en était à ses balbutiements.. Je m’étais inscrite à une formation pour femme créatrices d’entreprises pour m’encourager et me faire des copines. Nous devions nous retrouver une fois par mois pour partager nos expériences et acquérir des outils d’organisation et de développement personnel.

Lors de la première formation, j’avais amené mes carnets, quand Isabelle a vu mes carnets, ça n’a pas super bien commencé entre nous.  Elle m’a dit: “ils sont super beaux vos carnets, les 3 cahiers amovibles c’est bien, mais je suis très très exigeante sur le papier, depuis plusieurs années,  je n’achète que des carnets Hermès et je n’écris qu’au stylo plume.” J’avais remarqué son sac Goyard, et tout ces petits détails qui désignaient le style de la parisienne cool, mais exigeante.” Je me suis dit “waouw, elle a pas l’air commode!”

J’ai toujours eu du mal à montrer mes créations, et à ce moment là de ma vie, j’étais au tout début de ma marque, je ne savais pas trop si mon style allait plaire à d’autres personnes. C’était assez facile de me déstabiliser mais, s’il y avait une chose dont j’étais sûre, c’était que mon choix de papier était top. J’avais passé tellement de temps à faire faire des prototypes que j’étais blindée sur le sujet. Alors je lui ai dit “prenez un carnet et testez le papier, vous avez l’air d’être une connaisseuse, vous me direz ce que vous en pensez!”

Voilà comment notre histoire a commencé. Isabelle est maintenant une de mes meilleures amies, elle me donne toujours un avis qui m’ouvre de nouvelles pistes de réflexion sur Louise Carmen.

Voici donc, comment Isabelle, utilisatrice experte en carnets, se sert de ses carnets en cuir Louise Carmen.

Voici la retranscription écrite du podcast

Louise Carmen : Bonjour, Isabelle ! Isabelle, tu es parisienne ?

Isabelle : Oui, tout à fait.

Louise Carmen : 100 % parisienne ?

Isabelle : 100 % parisienne !

Louise Carmen : Et qu’est-ce que tu fais dans la vie ?

Isabelle : Je suis scénariste et productrice.

Louise Carmen : D’accord !

Isabelle : Et je me sers des carnets Louise Carmen pour mes activités de scénariste, essentiellement.

Louise Carmen : D’accord !

Isabelle : Alors, moi j’ai celui-ci…

Louise Carmen : C’est le roadbook ?

Isabelle : Le roadbook qui a 3 carnets à l’intérieur. Cela me permet de travailler sur chacun de mes projets avec un carnet différent. Au quotidien, j’ai des cas. Généralement, les 2 premiers qui sont consacrés à des projets en particulier, et un troisième qui est un carnet pour toutes les idées que je peux avoir en général : les projets à venir, les projets en cours, mais nouveaux, qui sont encore à l’état d’ébauche.

Louise Carmen : D’accord !

Isabelle : L’avantage avec ces carnets, c’est que j’en ai plusieurs à la maison, j’en ai d’autres, c’est-à-dire que je n’ai pas que 3 carnets.

Louise Carmen : D’accord, pour chaque projet, tu as un carnet ?

Isabelle : Oui, pour chaque projet, j’ai un carnet, et quand j’ai un rendez-vous, je prends celui qui concerne le projet concerné.

Isabelle : Ce qui me permet vraiment d’avoir, toujours à portée des mains, à la fois ce qui est l’objet du moment, et puis un petit, pour tout ce qui imprévu.

Louise Carmen : Quand tu vas voir des producteurs, tu vas avec 2 carnets qui correspondent avec le projet que tu veux leur proposer.

Isabelle : C’est exactement ce que je fais.

Louise Carmen : Je crois savoir que tu es passionnée par les papiers.

Isabelle : Tout à fait !

Louise Carmen : Je me souviens la première fois quand tu as vu les carnets Louise Carmen, tu m’as dit : « et le papier ». Parce que tu aimes bien écrire au stylo plume.

Isabelle : Effectivement, je suis très exigeante sur les papiers et, jusqu’à présent, je n’ai pas trouvé mon bonheur, hormis chez les classiques cahiers d’écoliers, comme Clairefontaine, Oxford. Et j’avais aussi découvert chez Hermes une belle qualité de papier, que je n’ai pas retrouvée ailleurs.

Louise Carmen : Je me rappelle, tu avais essayé tout de suite, tu m’as dit : « Non, en général, ça transperce, je n’aime pas, est-ce que tu es sûre que… ? ». Et je t’ai dit : « J’ai tout étudié », parce que c’était quelque chose d’important pour moi également, « J’ai bien étudié le papier, j’avais fait beaucoup de prototype ». Et quand tu as essayé, tu m’as dit … « C’est bon ! »

Isabelle : Oui, parce qu’en fait, j’écris au stylo plume. Pour moi, c’est très important de pouvoir écrire au stylo-plume. Effectivement, je trouve rarement ce qui me convient. C’est-à-dire que, soit le papier absorbe l’encre, donc ça s’étale un peu ; soit quand on retourne la feuille, l’encre a traversé.

Louise Carmen : Sinon, parfois il y a aussi certains papiers qui sont glacés, et il faut attendre que l’encre sèche.

Isabelle : Aussi !

Louise Carmen : Qui est très agaçant !

Isabelle : Il y a énormément de critères qui entrent en ligne de compte quand tu utilises un stylo-plume. J’ai essayé les carnets Louise Carmen avec beaucoup de précision et beaucoup d’exigence, en tout cas.

Louise Carmen : Je m’en souviens :)!

Isabelle : Et cela fonctionne. Là, plus rien ne pouvait m’arrêter, parce que j’avais l’esthétique, le côté pratique et en plus, il y avait la qualité du papier.

Louise Carmen : Isabelle aime beaucoup la mode, soigner son look.

Isabelle : J’aime beaucoup tous les cuirs que propose Louise Carmen. J’ai un cuir vernis rouge.

Louise Carmen : Métallisé.

Isabelle : Métallisé, qui m’offre une joie immense !

Louise Carmen : Cela t’inspire ?

Isabelle : J’adore !

Louise Carmen : Cela développe ta créativité ?

Isabelle : Il y en a beaucoup d’autres qui me plaisent évidemment. Il y a des choses plus classiques, des choses encore plus fantaisie… Je trouve qu’il y a, à peu près, tout ce qui pourrait correspondre à mon humeur du moment, ou au projet auquel je travaille, c’est vraiment formidable ! Et autre chose, c’est tout simplement beau ! Un carnet Louise Carmen, c’est beau. C’est vrai qu’on est fière quand même de le sortir, de le poser sur une table.

Louise Carmen : Tu soignes ton look ?

Isabelle : Évidemment ! Et au-delà, il y a aussi quelque chose de particulier quand on est scénariste et qu’on crée des projets. On a besoin de participer à une aventure tout le temps, l’émotionnel compte beaucoup. Et je trouve que ces carnets m’apportent l’émotion dont j’ai besoin parce qu’ils racontent une histoire. C’est l’histoire de la marque. C’est tout le parcours qui a été mené pour parvenir à ces carnets qui, en plus, sont en évolution constante. Et en utilisant les carnets Louise Carmen, j’ai l’impression d’appartenir à une famille moderne, en mouvement. Et je trouve que cela correspond à ce que je veux pour mes propres projets. Travailler dessus, c’est une sorte de soutien constant qui est important pour moi.

Louise Carmen : Tu es aussi en train de développer ton blog : le dimdamdom.net ?

Isabelle : Tout à fait ! J’ai créé un blog auquel, d’ailleurs, je consacre plusieurs carnets.

Louise Carmen : Tu as pris beaucoup de notes pour savoir comment on utilise le blog.

Isabelle : J’ai un carnet de « techniques de blog », un carnet « articles de blog ». C’est un blog qui est consacré aux femmes dans les séries. Le taux de présence féminine est analysé dans les séries, ce qui me permet de constater que dans les séries françaises, il y a encore des progrès à faire. Pour cela, j’utilise le « Test de Bechdel » qui permet de mesurer ce taux de présence féminine. N’hésitez pas à aller le voir !

Louise Carmen : J’ai hâte qu’il évolue, qu’il avance.

Isabelle : Là, on est encore au début.

Louise Carmen : Mais très rapidement, il va commencer à bien se développer. Tu m’as dit que tu aimais bien aussi les pointillés, les « dot grids ».

Isabelle : C’était une découverte pour moi, je ne les connaissais pas. J’ai l’habitude d’écrire en ligne, tranquillement. Et là, j’ai découvert ces carnets. Au départ, j’ai commencé à faire ce que je faisais habituellement : écrire en ligne, et d’un coup, je me suis rendu compte que je pouvais faire des petits dessins, tenir les cahiers dans l’autre sens. Si je veux par exemple créer des typologies de personnages, les caractériser, je peux écrire en long, en hauteur, faire des petits schémas. Cela m’a vraiment aidé aussi pour travailler, rendre des choses plus visuelles. Pour le moment, je découvre cette utilisation, mais je crois que je ne pourrai plus m’en passer. Cela a changé beaucoup de choses.

Louise Carmen : Dernièrement on est allée ensemble à une conférence, au Web2.connect. Le Web2.connect, c’est une conférence sur le monde d’internet.

Isabelle : Le marketing digital.

Louise Carmen : Exactement. Tu étais contente de pouvoir prendre tes notes.

Isabelle : J’ai pris toutes mes notes soigneusement, j’ai fait des petits schémas en long.

Louise Carmen : Je te voyais faire tes petits schémas, tu me disais : « C’est trop génial ! »

Isabelle : J’ai pris le carnet dans tous les sens, j’en ai profité. J’ai une fille qui est à Londres, qui a obtenu un stage de marketing digital. Je lui ai envoyé une photo de mes notes en lui disant : « Regarde, j’ai bien travaillé ! », et elle m’a répondu : « Que c’est joli ! ». Ce n’est pas toujours ce qu’on me dit dans les métiers que je fais, et je me suis rendu compte que mes notes étaient jolies sur ces carnets. C’est important, et c’est grâce aux carnets Louise Carmen.

Louise Carmen : Tu as pu prendre tes notes qui te font plaisir à regarder.

Isabelle : Cela, c’est tout le plaisir et l’esthétique. Mais il y a vraiment un côté pratique que j’ai aussi noté. Lors du Web2.connect, j’écrivais sur mes genoux, et les carnets ont suffisamment de rigidité.

Louise Carmen : Parce qu’on n’avait pas de table.

Isabelle : Ils sont suffisamment rigides pour écrire de façon très confortable, c’est rare aussi. J’ai pu prendre toutes mes notes en étant très bien. C’est vraiment important pour moi aussi. On peut être partout, assis n’importe où, on ouvre son carnet, on prend ses notes, et c’est confortable !

Louise Carmen : Tu aimais bien aussi le fait qu’il soit compact.

Isabelle : Oui, j’avais aussi la contrainte du poids. J’aime que les carnets soient légers parce que j’ai toujours un grand sac dans lequel je fourre des tas de choses. Je voulais avoir un carnet léger parce que ce n’est pas la seule chose que je transporte. Et ils le sont !

Louise Carmen : Légers, avec 3 cahiers qui permettent de prendre des notes à l’intérieur, plus tous les objets.

Isabelle : Oui, léger avec des possibilités énormes de prendre des notes.

Louise Carmen : Est-ce que tu as envie de dire autre chose, un conseil à des personnes qui seraient utilisateurs des carnets Louise Carmen ?

Isabelle : J’ai une chose à leur dire, je leur conseille de prendre plusieurs couleurs. J’adore les couleurs, et Louise Carmen propose pas mal de couleurs. Je trouve que c’est vraiment une joie d’avoir plusieurs couleurs. Après, j’ai découvert que cela peut être un lieu de créativité.

Louise Carmen : On peut aussi faire des Daily Moodboard.

Isabelle : Louise Carmen propose des Daily Moodboard, c’est formidable pour développer sa créativité. J’ai découvert qu’on prend un carnet et que, à partir de cela, on peut le transformer en œuvre d’art. Et quand je dis une œuvre d’art, j’ai vu quelques exemples, mais qu’on crée soi-même. Grâce aux conseils de Louise Carmen, on découpe des choses, on colle.

Louise Carmen : Sans avoir besoin d’être un artiste qui a fait les beaux-arts.

Isabelle : Et on se retrouve avec quelque chose qui nous ressemble, on participe à de l’aventure, de faire partie de quelque chose, de se sentir bien avec. Quand j’ai découvert le Daily Moodboard, j’en parlai avec Nathalie, la créatrice de Louise Carmen. Je lui ai dit que c’était une idée formidable, et je lui ai proposé d’essayer en dessinant tous les jours, en utilisant ma créativité, pendant 10 minutes, de faire pendant 30 jours, tous les jours une page de son carnet, et de voir à quelle œuvre j’aboutirai. J’ai hâte de voir ce que cela va donner.

Louise Carmen : Nous avons hâte de voir cela, Isabelle.

Isabelle : Je me réjouis d’avance.

Louise Carmen : Oui ! Merci beaucoup !

Isabelle : Merci à toi !

Louise Carmen : Merci d’être venue, merci de nous avoir raconté tout cela et d’avoir partagé ta façon d’utiliser les carnets de Louise Carmen. Ce que je vous propose, c’est de venir sur le blog Louise Carmen, sur lequel vous pourrez trouver des informations, faire des Daily Moodboard et d’autres conseils et astuces pour utiliser vos carnets Louise Carmen, le nom du blog c’est « monlouisecarmen.com ». Et également venir sur l’e-shop Louise Carmen, sur le site internet Louise Carmen sur lequel vous pourrez trouver les adresses des différentes boutiques, concept store et grands magasins qui vous proposeront la marque, en France et à l’étranger. Également, vous aurez le e-shop, l’histoire de la marque, des tutos pour utiliser les carnets. Je vous remercie beaucoup pour votre attention et d’avoir regardé cette vidéo jusqu’à maintenant. À très bientôt ! Au revoir !

Shop  la sélection de carnets d’Isabelle

Le carnet en cuir roadbook rouge
le carnet pocket organizer en cuir rouge
Le carnet roadbook en cuir métallisé
Partager l'article
By | 2018-01-04T14:37:18+00:00 |Les interviews|0 Comments

Leave A Comment